troyan forge

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Agrandir le texte
  • Taille par défaut
  • Rapetisser le texte

Newsflash

La boutique GOM RECORDS rouvre ses portes, virtuelles cette fois. Retrouvez ce label en ligne indispensable tenu par notre Metal Brother Holger sur http://www.gom-records-onlineshop.com/
CD et Merch' collectors à prix honnêtes \m/

 

 

6, 7 et 8 janvier 2017 - PMFF VI au Plan

PHOTOS DES GROUPES EN COURS DE MISE EN LIGNE

 

pmff 2017

Phil 'em all nous l'avait bien dit lors de la Vème édition, « pour moi, le PMFF c'est fini, cela sera l'édition ultime », et cela se comprend. Si regrouper 4/5 groupes dans la salle non payante d'un bar et y organiser le festival de la mouche qui pète peut être amusant, et surtout à risques financiers nuls pour l'organisateur, faire un vrai festival, dans une vrai salle de concerts, louer le back-line, répondre aux règles de sécurité imposées pour ce type d’événement, assurer tout ce petit monde, payer de vrais sonorisateurs et de vrais éclairagistes, gérer une dizaine de groupes par jour, faire une promo ne se limitant pas à fesse de bouc … demande un véritable investissement humain et financier et peut s’avérer épuisant.

Mais, à l'approche de la cinquantaine, le bougre se dit, « merde ! Je me referais bien une bringue d'enfer pour mon anniversaire », d'autant que cet anniversaire est l'occasion de célébrer également les 35 ans d'ADX,…. il en parle autour de lui, et , appuyé par la nouvelle structure ADX MUSIC et une flopée de volontaires, lance un événement exceptionnel, le plus grand festival indoor de Metal made in France jamais vu.

Ne pouvant être présent le vendredi, je n’ai hélas pu couvrir que les concerts du samedi et du dimanche.

Avant de détailler groupe par groupe ce PMFF, voici, pour les plus pressés, un bref résumé de l’ensemble.

Les conditions techniques :

coté lumière une réussite, quelle que soit la salle ou l’heure de passage les lights étaient au top, tout était fait pour coller au style et à ce qui se passait en live, des techniciens attentifs à ce qui se passait sur scène et qui n’ont pas succombé à cette mode ridicule d’éclairer le public plutôt que les artistes. Un vrai plaisir pour la vidéo comme pour la photo.

Le son était, lui aussi, exemplaire, les sonorisateurs ayant choisi de miser sur la qualité du mixage plutôt que sur le volume. Enfin un festival où il n’est pas nécessaire de s'enfoncer du plastique dans les oreilles pour éviter les acouphènes et où la musique ne ressemble pas à une bouillie sonore passée au blender. Seul GANG subira des problèmes de son, heureusement compensés par leur maîtrise du live.

L’organisation :

Premier constat à l'ouverture des portes, l'accueil est impeccable et l'accès rapide grâce à un service d'ordre compétent et une très bonne organisation pour l'attribution des bracelet et l'entrée dans le hall central. Un mini Metal Market est installé, proposant un bon choix de CD, Vinyles et merch en tous genres. La restauration n'est pas oubliée avec l'installation de 2 food trucks juste à l'arrière de la salle et un bar dans le Hall central et dans un coin de la grande salle … le tout à des tarifs très abordables, et très inférieurs à ceux pratiqués dans la plupart des bars de banlieue.

L’enchaînement des concerts se faisant à la minute près, le timing était très serré, un petit battement de 5 minutes entre les concerts n’aurait pas été de trop, mais cela aurait signifié soit d’enlever au moins un groupe par jour, soit de faire jouer les groupes en même temps sur les 2 scènes, pratiques fréquentes dans les grands festivals mais qui divise fatalement le public, donnant l’avantage aux groupes les plus connus au détriment des combos moins établis, ce qui ne bénéficie finalement ni aux groupes, ni au public … mais permet aux organisateurs de rentabiliser financièrement la salle. Phil'em all a donc fait le choix le moins rentable financièrement, le plus épuisant en matière de suivi des concerts … mais celui qui respectait le plus les groupes et le public.

La salle : bien située, proche du RER et facile d’accès par la route, « l’Ultim stage » salle pouvant accueillir 900 personnes, et le « RockFort Stage » salle plus « petite » pouvant accueillir environ 200 personnes permettent aux groupes d’enchaîner les concerts en alternance. Le PLAN est pour trois jours transformé en temple du French Metal avec la possibilité de voir chacun des groupes présents.

Le choix des groupes :

Plus de 40 groupes sur 3 jours,  c'est beaucoup, mais l'offre était également à la mesure de l’avènement. Avoir plus de 400 candidats déclarés entraînait un choix cornélien qu'il fallait bien trancher d'une façon ou d'une autre, Phil s'est donc basé sur ses coups de cœurs, les amis proches, ceux qui avaient déjà soutenus ses précédents festivals et ceux qu'il avait reçu au Rockfort show. Un choix très personnel lui ayant valu quelques critiques, chacun ayant son idée de l'affiche idéale. Il est clair que j'aurais moi aussi aimé voir certains groupes qui auraient eu leur place dans un tel festival (BAH GAH DON, MELINE, SEYMINHOL, ORLAG, IRMINSUL, THE BYMZ, ROZZ, SANCTUAIRE, JC JESS, DOWNRIGHT MALICE, VENIN ... et beaucoup d'autres) et que j'avais de sérieux doutes quant au choix de quelques groupes qui, à voir leurs vidéos YouTube et leurs biographies, me vendaient pas forcément du rêve.

Au Final, cette affiche s’est pourtant révélée un excellent choix, riche en découvertes et en surprises, avec beaucoup de bons groupes, quelques un moins passionnant, et d’autres exceptionnels … mais aucun groupe inintéressant ou totalement hors sujet et, surtout, un panel de musiciens ayant à cœur de tout donner.

logo pmff


Le décor étant posé et l'ambiance du PMFF résumé, passons, pour les plus courageux d'entre-vous aux groupes eux même. Je me suis attaché à voir chaque groupe, ratant parfois le début ou la fin, le temps de changer de salle ou de faire un court break. Pour les plus pressés, chaque nom sur le running order ci dessous vous conduira directement au groupe concerné.

Ultim’ Stage

MERCYLESS > 22h30
ADX > 21h05
MISANTHROPE > 19h55
T.A.N.K > 18h55
ALTERED BEAST > 18h00

 

Ultim’ Stage

BOISSON DIVINE : 22h55
ADX : 21h45
MANIGANCE : 20h20
PAT O’MAY : 19h00
OCEAN : 17h50
LONEWOLF : 16h50
CONSCIENCE : 15h50
BENIGHTED SOUL : 14h55
FURIES : 14h00

Ultim’ Stage

Still SQUARE : 22h50
VULCAIN : 21h25
ADX : 20h00
DRAKKAR : 18h45
CRYING STEEL : 17h40
MYSTERY BLUE : 16h35
FACE TO FACE : 15h40
FIREFORCE : 14h45
TENTATION : 14h00

 

Rock-Fort Stage

WITCHES > 21h55
YORBLIND > 20h35
IDENSITY > 19h30
UNSCARRED > 18h30

 

Rock-Fort Stage

SHOEILAGER : 22h35
YANN ARMELLINO & EL BUTCHO : 21h10
HÜRLEMENT : 19h45
ASYLUM PYRE : 18h30
ATTRACTION THEORY : 17h25
ONE LAST SHOT : 16h25
FRANTIC MACHINE : 15h25
OCTANE : 14h30

 

Rock-Fort Stage

EXISTANCE : 22h15
THRASHBACK : 20h50
DESILLUSION : 19h30
GANG : 18h20
ULTRAVOLTA : 17h15
FACTOR HATE : 16h10
M.F. CREW : 15h15
FREAKY TIME : 14h20

 

logo pmff

logo furies

Les quelques vidéos de FURIES aperçues sur le net ne m’avaient pas vraiment convaincu mais connaissant depuis déjà quelque temps les qualités de scène et le niveau d’exigence de Lynda SIEWICZ, chanteuse bassiste du quatuor, j’étais curieux de découvrir ce groupe en live.

Un temps de jeu assez court, une grande scène à occuper, la pression d’ouvrir … pas de problème pour FURIES qui a attaqué avec un Heavy Metal sans concession. Une claque directe avec une Lynda très à l’aise dans son rôle de Front Woman à la basse et au chant, des guitaristes occupant parfaitement l’espace de la grande scène et une batteuse fournissant à l’ensemble des fondations bétonnées … une ouverture de festival plus qu’efficace et un groupe aux qualités scéniques très supérieures à ce que YouTube en présente.

FURIES au PMFF VI FURIES au PMFF VI FURIES au PMFF VI

logo pmff

logo Octane


Le temps de sortir de la salle, saluer 2/3 potes et j’avais déjà raté 2 titres d’OCTANE. Le groupe propose un répertoire mêlant Big Rock et Heavy qui ne manque pas d’intérêt . Le chanteur guitariste dispose d’un grain de voix rocailleux et puissant et la voix, très différente, de la chanteuse pourrait apporter un plus si les deux voix travaillaient en harmonie, ce qui n’était pas vraiment le cas. L’utilisation, manifestement pour le gimmick, d’un tom et de deux baguettes par la chanteuse n’apportent pas grand-chose à l’aspect scénique et rien à la musique (des congas façon 70’s ou une autre percussion serait plus intéressants en cela). un groupe avec un certain potentiel mais dont le concept artistique mériterait d’être affiné.

OCTANE OCTANE OCTANE

Site Officiel

logo pmff

logo Benighted Soul

Retour dans la grande salle pour voir BENIGHTED SOUL, cette fois je ne connais rien du groupe. A priori, clavier plus chanteuse, le tout étiqueté « Métal symphonique » ... Je craignais fort d'avoir à subir une chanteuse lyrique ratée vocalisant sur fond de violons virtuels … bref le moment idéal pour une pause déjeuner. Curieux de vérifier si ce groupe est aussi ennuyeux dans le monde réel que sur le papier, je décide toutefois de rester au moins 2 titres et bien m’en a pris puisque BENIGHTED SOUL a réussi à me scotcher d'entrée avec la qualité et la variété de ses compositions et la présence scénique de ses membres. Une chanteuse et des musiciens alliant technique et jeu de scène, jusqu’au claviériste qui semble littéralement possédé par la musique du groupe. Une bonne communication avec le public et un concert monstrueux de ces lorrains dont j’espère avoir l’occasion de reparler dans TROYAN FORGE.

BENIGHTED SOUL SET LIST
01 - Martingale
02 - Broken Icons
03 - Si Se Non Noverit
04 - Threshold
05 - Exceeded
06 -Bound
BENIGHTED SOUL BENIGHTED SOUL

 


Site Officiel : http://www.benightedsoul.com

logo pmff

logo frantic machine


La « Bay area » au PMFF. C’est en quelque sorte le voyage que nous offre FRANTIC MACHINE. Mais la Bay area dans tous les styles rock et Metal qu’elle a engendrée, un melting-pot de Thrash, de punk, de garage rock, de flower power (euh ? Non ! En fait ils ont zappé le coté maison bleue et flower power ;-)) … bref de plans visant à faire secouer la touffe. Leur « No freedom, no justice » n’est certes pas le titre idéal pour une soirée en tête à tête romantique mais rentre bien dans la tronche et y reste longtemps \m/.

FRANTIC MACHINE SET LIST
01 - Insane Pulse Remains
02 - No Freedom,
03 - Peace of Mind
04 - The Other Me
FRANTIC MACHINE FRANTIC MACHINE


logo pmff

logo conscience

CONSCIENCE avait été pour moi une des découvertes du PMFF IV, du prog' Metal bien fait, très carré, technique et malgré tout jamais ennuyeux. Le combo reste fidèle à lui même et nous distille une musique de passionnés qui se soucient peu des étiquettes, des compositions originales à la personnalité artistique marquée. Un très bon moment de musique, du début sur "Master of Puppets" au final du set, un medley déjanté mêlant FOO FIGHTERS, MEGADETH, IRON MAIDEN et Britney SPEARS.

SET LIST
Intro - Master of Puppets
01 - Ascending Rain
02 - Distance
03 - In Reach
04 - At the hands of the clock
05 - Room For One
06 - Medley : "The Pretender" (FOO FIGHTERS), Tornado of Souls (MEGADETH), "Wasted Years" (IRON MAIDEN), "Baby One More Time" (Britney SPEARS)

http://www.cyberconscience.com/

CONSCIENCE CONSCIENCE CONSCIENCE

logo pmff

OLS logoONE LAST SHOT


Changement de salle et choc culturel avec ONE LAST SHOT, pas le temps de se remettre de l’univers musical ordonné de CONSCIENCE. Passé une phase d’adaptation d’une demi minute je découvre un groupe dont les gimmick, la musique et l’aspect m’ont furieusement rappelé les (bons) groupes britanniques de ce qu’on qualifiait alors de « Punk Rock » à la fin des années 70 et « Punk / Hardcore » au début des années 80 dans les salles de la banlieue londonienne et où se mêlaient Punk à crête et Heavy Metal Kids. ONE LAST SHOT déploie la même énergie en réinventant le style, une patate énorme sur des titres tels qu’ « Embrace the fire » et un don certain pour donner la banane au public.

ONE LAST SHOT ONE LAST SHOT ONE LAST SHOT

logo pmff

lonewolf logo

Retour à un Heavy Metal plus traditionnel avec LONEWOLF, cette fois je suis en terrain connu. Un set puissant et carré, du cuir et des clous, LONEWOLF est une machine de guerre en marche, efficace, directe, incontournable. Headbang or die !

LONEWOLF LONEWOLF SET LIST
01 - Hordes of the night
02 - Wolfsblut
03 - Hellbent for metal
04 - the fourth and final horseman
05 - SPQR
06 - Viktoria
07 - Made in hell
LONEWOLF


logo pmff

logo Attraction theorieATTRACTION THEORY


C’est avec en tête la très peu convaincante prestation d’HEADLINE au précédent PMFF que je rejoignais le Rock Fort Stage pour découvrir le nouveau groupe de Didier CHESNEAU, ATTRACTION THEORY, sans réelle motivation il faut le dire.

Bonne surprise, la musique teintée de prog, de Metal et d’un soupçon de Pop Rock jouée par le quatuor se révèle tout de suite intéressante, de belles mélodies, une chanteuse dont l’excellente technique ne nuit en rien à l’émotion, une musique très en place et de belles compositions … un set impeccable dont le seul moment faible à mon goût a été la reprise finale de « To France » à laquelle je n’ai pas réussi à accrocher (bien qu’aimant pourtant la version originale).

ATTRACTION THEORY ATTRACTION THEORY

ATTRACTION THEORY

logo pmff

VOIR LA GALERIE PHOTO FACEBOOK DU SAMEDI 07 JANVIER (1ere partie)

logo pmff

logo oceanOCEAN (c) Marco DELAVAUD

Avec OCEAN, le PMFF nous offrait à la fois un incontournable de l’histoire du Hard Rock Français avec le précurseur de la New Wave Of French Heavy Metal, le groupe qui a ouvert la voie aux SORTILEGE, HIGH POWER, H-BOMB, SATAN JOKERS ou SQUARE, les musiciens qui accompagnaient AC/DC sur le « Highway to Hell Tour » et IRON MAIDEN sur le « World Killer Tour » …, et un groupe disposant d’une véritable actualité avec son album « C’est la fin… », sorti en 2016 en CD et en Vinyle édition collector.

C’est devant une grande salle déjà bien remplie que les doyens du festival attaquent un set composé, à l'exception de l’ouverture sur leur standard de 1981 « Rock N' Roll », de titres issus du nouvel album. Un Heavy Rock francophone de premier ordre (le premier groupe 100 % francophone de la journée d’ailleurs), efficace et rentre dedans, des refrains qui restent en tête, une technique monstrueuse cachée sous une apparente facilité d’exécution, autant d’éléments assurant une baffe au spectateur. Cerise sur le gâteau, le quatuor est rejoint par Diabolo à l'Harmonica pour « Rouge Lézard » et « Je crois que tu aimes ça », titres auxquels il participe également sur l'album, mais également pour une version inédite de «  La mort rôde autour de nous » qui termine brillamment un set mémorable.

SET LIST
01 - Rock N' Roll
02 - La haine
03 - Desillusion
04 - Instinct animal
05 - Rouge lézard
06 - Je crois que tu aimes ça
07 - La mort rôde autour de nous

http:/www.oceanlegroupe.com

OCEAN (c) Marco DELAVAUD OCEAN (c) Marco DELAVAUD OCEAN OCEAN (c) Marco DELAVAUD

 

 

logo pmff

logo asylum pyre


Beau challenge pour ASYLUM PYRE qui présentait à l'occasion du PMFF son tout nouveau line up, et donc son premier concert avec cette équipe. Ayant raté les 3 premiers titres (du fait du changement de salle et de l’enchaînement immédiat des concerts), difficile pour moi de me faire une véritable idée du groupe sinon que ce que j'ai entendu était très différent des vidéos vues sur la toile. Le combo est bien en place, la chanteuse est très présente avec un grain de voix qui prend tout son intérêt dans les résonances basses, les musiciens semblent prendre du plaisir à jouer ensemble, l'ensemble donnant un show très visuel … lequel s'achève en bœuf avec l'arrivée sur scène de 3 guests, dont Mathieu de CONSCIENCE et Constance d'ATTRACTION THEORY.

ASYLUM PYRE ASYLUM PYRE ASYLUM PYRE

logo pmff

logo pat o may

Autre découverte, le Rock / Metal Celtique de Pat O MAY, que je ne connaissais jusqu'alors que dans le cadre de son rôle de guitariste/chanteur de MARIENTHAL. Titres originaux et standards (dont l'incontournable « whiskey in a jar ») s’enchaînent, le groupe se donne à fond dans un set d'une intensité croissante, excellent !.

Site Officiel

PAT O MAY PAT O MAY PAT O MAY

 

logo pmff

logo hurlement

 

Il est des cas où on est heureux de s'être trompé, Il y a quelques années je n'aurais pas misé un cent sur HURLEMENT dont le Metal, alors plutôt émoussé, reposait exclusivement sur la personnalité du Gorg et sur les capacités vocales exceptionnelles d'Alexis. J'ai depuis eu plusieurs fois l'occasion de revoir le combo sur scène qui à force de persévérance a su forger son identité avec un Metal affûté et efficace et, tout en restant fidèle à son concept initial, devenir un groupe qui fait honneur à la scène française. Un concert menée comme une charge de cavalerie dans une salle du Rock Fort Stage pleine comme un œuf, un carton plein mérité pour HURLEMENT, et pour moi un passage obligé par le stand METAL BERET pour acquérir leur dernier opus « La mort sera belle » ainsi, que celui de MELINE « The Crucified ».

SET LIST
01 - Ordalie
02 - Prince Noir
03 - Guerrier
04 - Brothers of the Watch
05 - Pavillon Noir
06 - Mercenaire.

 

http://www.hurlement.fr/

HURLEMENT HURLEMENT HURLEMENT

logo pmff

logo manigance


MANIGANCE prend la suite avec comme d’habitude un show millimétré, pas une note qui dépasse et des compos excellentes. Le groupe est toujours aussi bon et le chant de Didier DELSAUX posé et précis. Du grand art.

http://www.manigance.org

MANIGANCE MANIGANCE MANIGANCE

 

 

logo pmff

logo yaaeb

Yann ARMELINO & EL BUTCHO, ou la rencontre des contraires : Un guitariste calme et réservé et un chanteur extraverti, tous deux techniquement irréprochables, un mélange efficace de feu et de glace. Malgré la qualité des musiciens et du concert lui-même, j'avoue toutefois ne pas avoir totalement accroché.

YANN ARMELINO & EL BUTCHO YANN ARMELINO & EL BUTCHO YANN ARMELINO & EL BUTCHO

logo pmff

logo shoeilager

Un concert d'ADX plus tard (nous reviendrons dessus en même temps que le concert du dimanche) retour dans la « petite » salle pour SHOEILAGER. Avec eux pas de mauvaises surprise possible, ces mecs sont excellents, de purs passionnés capables de faire des kilomètres pour s'éclater avec le public et partager leur amour de la musique, même en fin de journée quand les moins résistant regagnent leurs pénates et ratent une fin de journée grandiose. Un temps de jeu court ? Pas de problèmes pour les warriors marnois qui adapte leur set à la perfection.

 

http://shoeilager.webnode.fr/

logo pmff

logo boisson divine


Last but not least, un groupe dont la présence était une énigme pour beaucoup, BOISSON DIVINE. Sur le papier, le fait de voir « du folk-Metal chanté en gascon, avec flûtiaux et binious au programme » n'avait rien de très motivant.

Franchement, vu la fatigue de fin de journée et le fait d'avoir encore 2 heures de route avant d'être chez moi, je suis resté par politesse et par respect pour un groupe qui avait quand même fait le déplacement de son Gers natal pour venir risquer de se prendre un vent mémorable en région parisienne. Et de fait, peu de réactions visibles aux deux premiers titres du combo, ce qui pousse le chanteur à demander au public s’il n'y a que des vieux dans la salle …  en fait je peux te répondre précisément maître Baptiste, il n'y avait pas que des vieux dans la salle (OK, il y en avait quand même, puisque j'étais là), mais ce calme des premiers instants n'était pas dû à un desintéret pour ton groupe mais surtout à la surprise quant à la qualité et à l'énergie de ce concert et à l'envie de prendre une petite pause pour savourer une belle découverte. Preuve en est l'ambiance de plus en plus festive et le regret que ce set n'ai pu être un peu plus long. Bravo pour ce show surprenant et tant pis pour les couche-tôt.

BOISSON DIVINE BOISSON DIVINE BOISSON DIVINE

Site officiel de BOISSON DIVINE

logo pmff

VOIR LA GALERIE PHOTO FACEBOOK DU SAMEDI 07 JANVIER (2ème partie)

logo pmff

 

logo tentation

Dimanche en fin de matinée, je pars en avance afin de ne pas rater l'ouverture des portes et le concert de TENTATION, premier groupe de cette 3ème et dernière journée de festival. La veste à patch du chanteur annonce la couleur, back to the 80's avec un chant francophone et un style qui n'aurait pas détonné au France Festival de Choisy le Roy en 1985. De bons titres, un concert qui respire la passion du Heavy « à l'ancienne », et un final sur une reprise de « Double Bang » d'H-BOMB. Difficile de mieux commencer la journée.

SETLIST

01 - Temps De Prière
02 - Valhalla
03 - L'épreuve Du Sang
04 - Spectre De Lumière
05 - Double Bang (H-BOMB cover)
06 - Bruixes

TENTATION TENTATION TENTATION

 

logo pmff

logo freaky time

Bien qu’ayant fourni une prestation sympathique, FREAKY TIME reste de loin le groupe m’ayant le moins convaincu. Leur répertoire Pop/Rock boosté à la sauce Metal, qui n’a pas été sans me rappeler, en moins abouti, cette vague pop-rock apparu en région parisienne au début des années 2000 avec des groupes tels que JOAN DOE ou TRIUMVIRO (tous deux hélas disparus), alors bien décidés à dynamiter la Pop molasse franchouillarde, souffre d'une guitare trop peu présente et d'un aspect scénique, uniquement centré sur la chanteuse, qui devient vite lassant.

Le combo dispose toutefois d’un vrai point fort en la personne de leur bassiste, bien que trop effacée scéniquement, celle-ci offre un jeu de basse qui porte presque à lui seul l’aspect créatif des titres, son slap assure avec la batterie un groove qui, lié avec le dynamisme de la chanteuse, pourrait à terme renforcer un côté Hard/Funk/Rock qui ferait de FREAKY TIME un groupe à suivre.

FREAKY TIME FREAKY TIME FREAKY TIME

logo pmff

logo fireforce

Cette année, le PMFF s’internationalisait avec 2 groupes belges et un italien. Choix surprenant pour un festival de Metal Français mais la présence de ces 3 invités, tous rodés aux festivals européens était une occasion de rencontrer des voisins et de partager notre vision du Metal.

Premier de ces « international guests » à monter sur la grande scène, FIREFORCE. Ce combo flamand  donne toute leur signification aux mots « Power Metal ». « Puissant » est un doux euphémisme pour décrire leur set, tout y est, le look, la rythmique, le son, la voix du chanteur à l'aise dans les basses profondes comme dans les aigus ...  une claque.

 

http://www.fireforceband.com/

logo pmff

logo mf crew

Un petit verre de M.F.CREW pour enchaîner ?
- c’est pas de refus !
- Ah quand même ! c’est du coriace
- bof ! J'ai connu une polonaise qu'en écoutait au petit déjeuner. Ouuuuch ! Faut quand même admettre, c'est plutôt une musique d'homme.
- dites ! Y'aurais pas du Stoner dedans ?
- y'en a, celui-ci je l’ai eu par Élodie la promoteuse.
- elle a une sacré distillerie clandestine, on a quand même limité le volume de la production, y'a des clients qui devenaient sourd.
- vous avez beau dire, y'a pas seulement qu’du Stoner … y'a autre chose … ça serait pas des fois un peu de Thrash …
- aussi ! Tu sens le retour de basse un peu gras et l’attaque de gratte.
- faut reconnaître, c’est du brutal !
- n’empêche, on m’empêchera pas de penser qu’y'a un peu de Heavy la d'dans !
- n'en a t'aussi,
- 'vec une pointe de …
- OUI !! mais ferme-la on essaye d'écouter.
Bref, M.F. CREW en live ça décape et ça fait du bien par où ça passe, surtout, comme pour ce fest,  avec un bon mix et un ingé-son ayant l'intelligence de ne pas coller tous les potards à 11 ;-))

 

logo pmff

logo face to face

FACE TO FACE, reformé en 2012, s'apparente plus à une version 2.0 qu'à une réelle continuité de l'original. On pourrait comparer la différence entre les deux époques (il y à 20 ans et maintenant) avec celle qui existait entre le premier WARNING et celui de l'album « Métamorphose », les deux sont excellents, mais il est difficile d'y voir un ADN commun. Un Olivier DEL VALLE toujours aussi bon, un showman à la guitare coté jardin et un coté cour plus calme mais d'une précision redoutable ... what else ? ;-)

 

Site officiel

logo pmff

logo factor hate


FACTOR HATE ne cesse de me surprendre avec leur capacité à porter sur des espaces restreints un concept taillé pour les grandes scènes, malgré un temps de jeu trop limité pour permettre au groupe de jouer l'histoire complète de son excellent premier album « Scary tales ». Qu'a cela ne tienne, grâce à un décor simple et efficace, un choix rigoureux des titres et un sens parfait de l’enchaînement, le groupe parvient à poser son univers musical et narratif et permet au WATCHER de prendre possession du PLAN.

Si l'influence d'ALICE COOPER est perceptible dans le sens du show de FACTOR HATE, ce serait une grossière erreur de les limiter à cela, les multiples influences des musiciens ont été parfaitement assimilées et, même sur la « petite » scène du plan, le quintette parvient à assurer un véritable « Metal Opera » dont d'autres malgré leurs prétentions ne font que rêver … avec pourtant plus de moyen. Un groupe à voir et revoir.

 

logo pmff

logo mystery blue

Héritier des années 80 dont il ne reste que Frenzy, membre fondateur du groupe, MYSTERY BLUE est un exemple parfait de version 2.0 réussie puisque le groupe n'a cessé depuis 1996 de défendre sa vision d'un Heavy Metal alliant puissance et mélodie. Nathalie, Chanteuse du combo Alsacien, est une bête de scène se dépensant sans compter, les musiciens font le show et occupent parfaitement l'espace. Avoir la chance de les voir en région parisienne sur une aussi belle scène est un vrai bonheur.

MYSTERY BLUE SET LIST
01 - Slave to blood
02 - Shades of death
03 - Evil spell
04 - Running with the pack
05 - Metal attack
06 - Psycho city
07 - Claws of steel
08 - Hell & Fury

 

http://www.mysteryblue.com/

MYSTERY BLUE MYSTERY BLUE MYSTERY BLUE

logo pmff

logo ultra volta

Du Heavy Metal au Punk Rock il n'y a parfois qu'un pas, ou plus exactement une dizaine qui nous amène sur la deuxième scène pour le concert d'ULTRA VOLTA. Pour les amateurs de Pogos, c'est LE moment de la journée. L'occasion non seulement de profiter d'un bon concert, mais également de revoir DEUCH sur scène.

SET LIST

01 - Devastated
02 - You must be dreaming
03 - Minor bird
04 - Canis major
05 - Peck of Gold
06 - Happyness
07 - Ramones
08 - I could give all to time

ULTRA VOLTA ULTRA VOLTA ULTRA VOLTA

logo pmff

VOIR LA GALERIE PHOTO FACEBOOK DU DIMANCHE 08 JANVIER (1ère partie)

logo pmff

logo crying steel

2ème invités internationaux de la journée, les italiens de CRYING STEEL. Un peu de Glam de très bonne facture et une bonne dose de Power Metal, une prestation scénique au top qui m'a donné envie de me replonger dans les quelques excellents combo italiens de ma discothèque (RAF, VANADIUM …). Leur discographie figure désormais dans ma liste d'albums à acquérir.

 

logo pmff

logo gang

En 25 ans de carrière, GANG faisait avec ce PMFF son second passage en région parisienne. Une occasion rarissime d'y voir à l’œuvre ce pilier de la scène Metal champenoise dont le style a évolué avec le temps vers un Heavy plus traditionnel mais toujours original. 5 personnalités bien marquées où chacun fait son maximum pour servir au mieux le spectacle, malgré des difficultés de mix ayant entraîné à certains moments la quasi-disparition de la guitare de Sylvain ou de la reverb du chant. A l'exception de ce seul bémol, indépendant du groupe, et unique problème de sonorisation de ce week-end, GANG a assuré comme d'habitude avec talent et bonne humeur, trouvant le temps de lancer, tout en commençant à ranger leur matos, leur final « Muppets »

 

logo pmff

logo drakkar

Le troisième et dernier groupe international a justement été un compagnon de festival pour GANG à plusieurs reprises, puisqu'il s'agissait des Belges de DRAKKAR. Puissance et générosité sont les maîtres mots de ce set où nos wallons se donnent sans compter pour le plus grand plaisir du public.

 

logo pmff

logo desillusion

Qui dit Drakkar dit viking, donc Normands … comme les normands de DESILLUSION venus envahir le plan avec leur Heavy Metal francophone. Encore un groupe talentueux dont les media « spécialisés » oublient scrupuleusement de parler. DESILLUSION reste égal à lui-même et donne tout, rejoint sur scène par le savant fou de la pochette de « Metal Influences », leur dernier opus.

 

logo pmff

logo adx


3ème show de ce PMFF pour ADX, pour qui le festival était l'occasion d'enregistrer un live dans de vrai conditions de scène. Un ADX motivé et en grande forme, un set différent chaque soir, un bon équilibre entre standards et titres plus récents, des musiciens démontrant qu'on peut faire du Metal sérieusement, sans se prendre au sérieux. Un concert festif à souhait offrant la réponse idéale au pseudo procès d'intention mené contre le groupe avant le fest par quelques pisse-froids aigris coutumiers des querelles de voisinages à deux cents. Cerise sur le gâteau (d'anniversaires) dimanche avec la présence simultanée sur scène de Julien et de DEUCH, joignant le bassiste actuel et le le bassiste historique d'ADX, un grand moment !

 

logo pmff

logo thrashback

TRASHBACK est un habitué des dates communes avec ADX, je découvre à l'occasion un de leurs nouveaux guitaristes, ou plutôt redécouvre puisqu'il s’agit de Nicklaus, guitariste d'ADX. Speedos semble de plus en plus à l'aise dans son rôle de batteur/chanteur, une configuration difficile à assumer scéniquement (et physiquement, l'exercice est épuisant) mais qui convient parfaitement au Thrash brut du combo. A l'avant scène, l'incontournable GORG fait le show, difficile de prendre de bonne photos avec un public bien motivé par le dynamisme des thrasheux.

 

logo pmff

logo vulcain

C’est toujours un plaisir de revoir Daniel PUZIO sur scène et de réentendre les anciens titres du groupe. Le set de VULCAIN est bien rodé, composé principalement autour du premier album, ce qui reste un peu dommage vu la discographie du groupe mais semble convenir au public  … un bon moment avec un seul bémol en ce qui me concerne, les interventions systématiques de Marc entre, et parfois pendant, les titres me donnent l’impression d'assister au Marc VAREZ show jouant VULCAIN. Je comprends la volonté de faire un concert festif, mais je reste plus fan de « Black silex », « le fils de Lucifer » ou « Comme des chiens » que de la « digue du cul ».

 

logo pmff

logo existance

Passant à une heure peu propice au remplissage de la salle, EXISTANCE parvient malgré tout à drainer un public d’aficionados et de curieux. Le set efficace du jeune groupe fait mouche et convint aisément l'audience. Le style d'EXISTANCE s'est affiné et, tout en restant dans un esprit NWOBHM, possède une touche bien personnelle. Le public ayant eu la bonne idée de rester « tard » ce dimanche n'a pas eu à le regretter, EXISTANCE est une valeur sure et aurait certainement fait salle comble s’il n'y avait pas eu des difficultés de RER ayant obligé une partie du public non motorisé à abréger leur présence au PLAN.

 

logo pmff

logo square

Final de ces trois jours de démence, Still SQUARE, assure un set de clôture court mais intense, du pur Hard Rock N' Roll comme le clame le titre éponyme de leur dernier album qui achève de me déboîter les quelques cervicales épargnés par ce week-end. Difficile de mieux finir un festival qui, s’il n'a pas rempli totalement la grande salle de 900 personnes, a su drainer un public assez nombreux pour faire honneur au hard et au Metal Français et à ceux qui se bougent au quotidien pour faire vivre une scène boudée par les grands festivals et les media, incapables semble-t-il de mémoriser plus d'un nom de groupe.

logo pmff

Ce PMFF VI aura été une totale réussite artistique, un vivier de découvertes et une occasion exceptionnelle de retrouver sur une même scène certains groupes mythiques. Je ne vous assènerais pas la phrase convenue et stupide « Les absents ont eu tort » mais constaterais qu'ils ont toutefois raté un événement rare, le genre de festival à taille humaine où on croise les musiciens, où les conditions techniques permettent à chacun de présenter son univers et dont on se dit 20 ans plus tard « Put**n , j'y étais »

Vous êtes ici : LIVE REPORTS 6, 7 et 8 janvier 2017 - PMFF VI au Plan