troyan forge

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Agrandir le texte
  • Taille par défaut
  • Rapetisser le texte

Newsflash

La boutique GOM RECORDS rouvre ses portes, virtuelles cette fois. Retrouvez ce label en ligne indispensable tenu par notre Metal Brother Holger sur http://www.gom-records-onlineshop.com/
CD et Merch' collectors à prix honnêtes \m/

 

 

APPRENDRE A COMPTER SES FANS (like or not like, that is the question !)

APPRENDRE A COMPTER SES FANS

like or not like, that is the question !

 

Ami musicien, tu as 40 facebooks, 2 sites, 3 vieux myspaces et souhaite connaître ton nombre réel de fans fidèles, aujourd’hui je quitte ma casquette de râleur de service pour venir à ton secours et te rassurer sur ta popularité.

Voici donc, après le best seller « Faire sa promo pour les nuls : les 10 points à éviter », le dernier ouvrage utile de TROYAN FORGE : Apprendre à compter ses fans pour les nu … euh … pour les artistes. Comment apprendre à connaître le nombre de ses fans ou, pour le moins, éviter de se ridiculiser en se vantant d'une Fan base très (trop?) surévaluée.


1er indice : la fréquentation de ton site internet officiel


Tu disposes d’un serveur privatif, d’un webmestre attitré que tu rémunères au juste prix et qui suit les statistiques du site ? Si oui bravo, tu pourras savoir non seulement combien de personnes consultent tes pages mais également trier les robots des internautes réels et, surtout, savoir de quelle région du monde viennent tes fans.

Attention toutefois à un détail, le nombre fourni te donne des visiteurs, mais pas forcément le nombre de personnes intéressées par ta musique et prêtes à acheter toute ta discographie.

Toutefois tu as un indice. Si tu as juste confié ton site à un pote qui se démerde comme il peut et ne comprend pas les stats du site, oublie ! Il y a plus simple.

 

2ème indice : Tes amis Facebook.


Quoi de plus fiable en effet puisque c’est marqué dessus, ce sont tes amis, ils t’aiment et seraient prêts à mourir pour toi … comment ? Pas tous ? On m’aurait donc menti ?

Bon, vrais amis ou simples amateurs, ils se sont quand même inscrits sur ta page, voire tes pages. Cela te fait donc … entre la page perso, ta page officielle, ta page bis, ta page ter, ta page ATOMIC SCROUMPH (le groupe de tes débuts), la page ASS ROCKET (ton groupe de reprise), ta page WIIIIIIILLLLLLD AND CRAAAAZY (ton groupe RAUQUE ENROLL) et CLAM’S MARSHMALLOWS (ta formation variété), plus la page fans de … créée pour chacun de tes projets …  …  … WHOUAAA pas moins de 70 000 fans de toi et de ton univers, Elle est pas belle la vie.

Heureux d’apprendre cette nouvelle tu l’annonces à tout le monde, cries ton bonheur en courant à poil dans ta rue un mégaphone à la main et, plus tard, une serviette devant le vermicelle assis sur un banc du commissariat avec un flic ignare qui te demande l’orthographe de ton nom malgré ton vedettariat.

Comment t’expliquer la chose sans te faire de la peine ? Tu sais, Facebook ça n’est pas la vrai vie, et dans la vrai vie il y a une chose que tu as zappée à l’école. Non ! Je ne parle pas de la culotte de ton institutrice (En plus je la connais, elle n’en portait pas) … mais bien des MA THE MA TI QUES.

De tes 70 000 fans, tu dois d’abord décompter les 600 comptes fictifs créés par ton entourage et toi-même pour « entretenir la flamme », d’autant que ceux-ci sont virtuellement amis avec tous tes comptes ce qui te descend direct à 60 000 fans potentiels.

Et les quelques 200 personnes avec qui tu es fâché mais qui ont oublié de se « désamifier », elles-même souvent inscrites sur plusieurs sites. À enlever aussi.

Comme je te l’expliquais, Facebook n’est pas la vrai vie et, parmi tes amis, combien ont répondu poliment à une demande, faite par le gestionnaire de tes comptes ou toi-même, en ayant pas vraiment quelque chose à faire de tes productions ? Combien t’ont demandé en ami ou ont liké ta page par réflexe ou « pour élargir leur réseau » ? Combien se sont inscrits sur tes pages pour calmer leur copine hystérique qui est si fanatique (le vrai sens du mot fan, hélas) qu’elle confond partage et prosélytisme ?

Bref, là encore beaucoup d’amis sur qui mieux vaut ne pas compter.

Enfin, le plus difficile à avaler. Je te parlais tout à l’heure de mathématiques … même elles te trahissent (les s***pes). Une moyenne de 5000 « amis » sur 14 pages et profils Facebook ou Twitter ne donne pas au total 70 000 fans, comme tu le croyais dans ta candeur d’artiste maudit, car tes profils fictifs ne sont pas les seuls à être inscrits sur tous tes comptes, les autres « amis », faux ou pas, trolls ou pas, pratiquent aussi la multiplication des « amis » par l’inscription multiple.

Bref, ton immense fan base risque de se réduire à une base fanée.


3ème indice : Le nombre de gens qui te reconnaissent dans la rue (ta grand-mère et ton boulanger ne comptent pas).


Si, comme moi, tu ne peux pas voyager ou même sortir de ton quartier sans être reconnu, assailli par des fans en délire voulant à tout prix serrer la main de leur idole, des filles voulant t’offrir leur corps, des mecs qui tiennent absolument à te présenter leur femme et à te voir caresser leur chien (ou l’inverse, surtout si tu fréquentes des clubs « ouverts aux échanges »), tu es bien une star !

Si tes connaissances se vantent d’être de tes « amis » et remplissent de ce fait d’admiration et de jalousie leurs propres amis, voisins, collègues, commerçants, marchands de sable … OUI ! Tu es une Star.

Si, en revanche, chaque mention de ton nom se solde par un « Robert CHOMBIER ?!?  non, ça ne me dit rien, il a chanté quoi ? …» voire « Il est encore dans le circuit ? » il y a peu de chance pour que Hollywood boulevard te consacre une étoile tout de suite.

 

4ème indice : La fréquentation de tes concerts


Là encore, inutile de compter les « j’aime » de tes pages, les « participerais » de tes événements sur les réseaux sociaux, les fans du groupe de première partie qui sortent refaire le monde pendant ton propre show, les habitués du rade venus noyer leur ennui dans la bière bon marché et les membres du staff.

Pose-toi une seule question, dont découlent les suivantes : Combien de personnes suivent-elles tes shows ? Quelle taille de salle prévoir pour être sur de faire le plein et rentabiliser ainsi les frais d’organisation et, éventuellement, te rémunérer ? ta cuisine ? Le bar Rokafrik ? Le Divan du Monde ? Bercy ? Wembley arena ?

Mais il est exact que même les plus assidus des fans peuvent rater une date, sans « avoir tort » pour autant. Mais ce sont tout de même des Fans, donc des consommateurs accrocs au moindre de tes albums, à la moindre de tes productions, le 5ème indice te permettra donc de connaître tes fans … ou pas.

 

5ème indice : Tes ventes d’albums


Avec 5000 « amis » par page tu devrais, d’après mes calculs, vendre au moins 3000 albums à chaque nouvelle production (70 000 d’après ton calcul initial de près de 70 000 fans).

Or, depuis la sortie il y a 6 mois de ton dernier album « Ewoks and rôles » (un album à thème dénonçant les mœurs dissolues de ces créatures vicieuses et les outrages qu’ils ont fait subir à la pauvre Leïa, actes répugnants passés sous silence par Georges LUCAS) tu peines à dépasser les 300 galettes vendues … décidément il y a quelque chose de pourri au royaume de Facebook ???

Mais voyons les choses du bon côté, tu as enfin une juste mesure du nombre de personnes qui apprécient ton « œuvre », et avec 300 personnes motivés les spartiates ont fait de grandes choses en leur temps … pourquoi pas toi ;-))

Vous êtes ici : SAD BUT TRUE APPRENDRE A COMPTER SES FANS (like or not like, that is the question !)