troyan forge

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Agrandir le texte
  • Taille par défaut
  • Rapetisser le texte

Newsflash

La boutique GOM RECORDS rouvre ses portes, virtuelles cette fois. Retrouvez ce label en ligne indispensable tenu par notre Metal Brother Holger sur http://www.gom-records-onlineshop.com/
CD et Merch' collectors à prix honnêtes \m/

 

 

11, 12 & 13 Janvier 2013 - PMFF V au DIVAN DU MONDE

11, 12 & 13 Janvier 2013

PMFF V au DIVAN DU MONDE

 


   Rares sont de nos jours les occasions d'assister à un festival mettant en avant la richesse de notre culture musicale et composé exclusivement de groupes français. Plus rares encore sont les festivals de ce type à Paris. Si on ajoute que ce festival réunit 23 groupes dans le cadre de 3 journées thématiques il devient évident que l'évènement revêt un caractère d'exception

Affiche pmff jour 1   !N'ayant pu assister à la journée du vendredi, consacrée à la scène extrème, et regroupant 6 groupes. Il ne m'est possible de chroniquer que les journées de Samedi et Dimanche.

Le public présent à pu assister successivement aux shows de :

6:33 & ARNO STROBL

AGGRESSIVE AGRICULTOR

MERCYLESS

NO RETURN

AGRESSOR

et enfin

LOUDBLAST

 

 

affiche pmff jour 2   Arrivée vers 11h30 pour préparer le matériel vidéo, voir à l'avance comment s'organisent les choses et saluer les potes déjà arrivés sur place. Parmi les techniciens batterie j'ai la surprise de retrouver Aurélien avec qui j'ai joué brièvement il y a quelques années, le temps d'aider un pote pour l'enregistrement d'un de ses titres. Tout le monde est déjà à fond pour s'assurer du bon accueil des groupes et du public.

 LOGO MORGLBL

   Après une présentation du festival par Phil'em all, MÖRGBGL se met en place et attaque un set qui, bien que reposant grandement sur la virtuosité des musiciens, ne sombre à aucun moment dans le démonstratif ennuyeux. Christophe GODIN et sa fine équipe (AUREL à la batterie et Ivan ROUGNY à la basse) donnent d'emblée le ton de l'évènement, festif et amical. À l'issue des 4 premiers titres, le combo accueille ses deux premiers invités, le guitariste Yann ARMELLINO et Mathieu GERBIN (chanteur / guitariste de CONSCIENCE) pour une reprise énervée de « Riff Raff » d'AC/DC. Butcho VUKOVIC les rejoint ensuite pour assurer les vocaux sur « Unchained » (VAN HALEN) puis sur « becoming » de PANTERA. Ce show jazz/metal de haute voltige s'acheve sur « Metal Karthoom » tiré de leur album « Brutal Romance ». Un très bon départ de festival.

SETLIST :

 Brütal Römance - Gnocchis on the Block - The Monster within Me
The Tale of Thibault - Riff Raff (AC/DC) - Unchained (VAN HALEN)
Becoming (PANTERA) - Metal Khartoom

 

LOGO WILD DAWN

   WILD DAWN, ce groupe orléanais est une découverte pour moi, on change de registre musical pour du Hard rock n' roll bien gras teinté de bon heavy. De vrais looks de bucherons et une musique efficace et rentre dedans … un très bon moment de rock n' Metal. au cours duquel le guitariste, Romain, n'hésite pas à s'offrir un bain de foule au cours d'un long solo. Premier tour pour moi au stand merchandising afin d'acquérir leur album. Un groupe prometteur à écouter d'urgence.

SETLIST :
 
Intro - Bitter Mind – Plague - Back on Track
SAD - Sometimes... - Ain't life Grand ?
I've got the rock

 


   Au tour ensuite de DYGITALS de prendre possession de la scène. Premier groupe originaire des 80's de la soirée, le combo nous offre des titres parfaitement rodés et s'impose comme une des reformations les plus intéressantes de ces dernières années. Le chanteur,Hervé TRAISNEL, est pour moi,  à l'instar de Guy HOC (SQUARE), une véritable énigme. Ce mec a su garder les mêmes qualités de front man qu'en 85, impressionnant !

Malgré de gros problèmes de basse privant DYGITALS de sa 4 cordes pendant quasiment le tiers du concert, les titres, tirés de leur CD « Ave ... », s'enchainent sans aucune perte de rythme pour s'achever sur  un « Ave Cesar »toujours aussi efficace en live.

SETLIST :

Stars Of Life – Running - Reason to live
Killing Machine - Brand New Day - Green Man
Not Alone - Big enough - Ave Cesar

 

 logo tears

   Je préfère ne pas m'appesantir sur la prestation de TEARS, il y a des limites au foutage de gueule et ce groupe les a amplement dépassé. Après deux titres poussifs le gang quitte la scène sans avoir la correction de s'en expliquer en personne au public présent, laissant à Phil'em all le soin de gérer la situation. Pour paraphraser un de mes amis, si un bon concert peut être comparer à un rapport sexuel réussi TEARS nous a gratifié d'une éjaculation précoce … attention les premiers rangs, ça tache. 

 

   MANIGANCE, par la grande qualité de son show, fait heureusement oublier son prédécesseur dès les premiers accords. D'excellents titres, une interprétation alliant feeling et précision, un chant à la fois mélodique et puissant  Le set est fluide et relance sans mal la fête sur ses rails. Un sans faute !

SETLIST :

En mon nom – Dernier allié – Héritier
Dès mon retour – Mercenaire – Récidiviste
Maudit – Dernier hommage – Privilège

 

LOGO OCEAN


   En véritable machine de guerre, OCEAN prend la relève pour offrir au public une sélection de certains de ces titres mythiques dont les années n'ont aucunement entamées l'énergie. Energie est d'ailleurs un maitre mot pour décrire OCEAN, que ce soit les musiciens, l'interprétation des anciens titres ou les trois nouvelles compositions, dont une totalement inédite sur scène, qui allient fidélité à « la patte » du groupe et sons actuels. Un show qui a su convaincre sans difficultés tant les afficionados que les metalleux plus jeunes découvrant cette légende du Hard made in France.  Un groupe on ne peut plus vivant dont les nouveaux titres sont du meilleur augure pour l'album à venir.


SETLIST :

Aristo - Rock' N Roll - A force de gueuler
Desillusions (Inédit sur scène) - La Haine - Qu'on me laisse le temps
La Mort rode autour de nous - Je suis mort de rire

 

LOGO BLASPHEME


   Grand moment d'émotion pour ce qui a été annoncé comme l'ultime concert de BLASPHEME, une reformation pour le PMFF II, un concert d'adieu pour la dernière édition du PMFF, comme l'a dit Phil'em all, créateur et organisateur de ce fest, « la boucle est bouclée ». Marc ne pouvant hélas participer au concert, Pierre, Philippe et Aldrick montent à trois sur scène. Les premiers accords de « Desir de Vampyr » raisonnent, Pierre entame le chant  repris en chœur par le public puis, sur scène, par Alexis, chanteur d'HURLEMENT, grand fan de BLASPHEME, qui, très respectueux des versions originales assure le chant lead avec brio.

   « BRIO ? C'est le nom du deuxième chanteur? » … Non Simplet ! Le deuxième chanteur qui entre sur scène sur « Carpe diem » est  Olivier DEL VALLE, chanteur de SHANNON (qui sort d'ailleurs son troisième album « Circus of lost souls », que j'ai hâte de découvrir).

   Ce sont donc deux chanteurs (et non des moindres) qui se partagent tout au long du show les parties vocales créées par Marc FERY qui, bien qu'absent de la scène, semble présent grâce aux interprétations fidèles des deux chanteurs. 

   Beaucoup d'émotion pour ce concert ultime, un grand moment dont un des point d'orgue a été la superbe interprétation d' « Excalibur » par un Alexis visiblement ému de vivre cette expérience exceptionnelle !

SETLIST :

Désir de vampyr – Carpe Diem – Seul
Briser le silence – The Crow – Cœur d'enfant
Territoire des Hommes – Excalibur – Jehovah
Vengeance barbare

 

LOGO HEADLINE

   Dernier changement de plateau avant l'arrivée d'HEADLINE, groupe de clôture de cette 2ème journée. Leur position en tête de l'affiche du Samedi m'avait surpris .... Je m'attendais donc à de l'exceptionnel, une prestation au moins à la hauteur des deux légendes Hard N' Heavy les ayant précédé.

   Malgré mes efforts pour entrer dans l'univers du groupe et des compositions ambitieuses et intéressantes, les défauts de mise en place et les faussetés (semble t'il liés à de gros problèmes de retours), les longueurs, alliés à la fatigue de la journée et au fort contraste entre la qualité et la portée émotionnelle de ce show et de ceux de leurs prédécesseurs, m'ont vite rendu le concert difficilement supportable.

   Si les efforts de Sylvie GRARE pour créer l'ambiance portent leurs fruits auprès des premiers rangs, le concert peine à décoller. Le reste du groupe reste statique et seuls les guests (Sarah LAYSSAC de THE OUTBURST, Philippe ROUX de XIANOSIS et Constance AMELANE) lui apportent un soutien scénique appréciable permettant de rebooster le show.

   Le set s'achève sur une reprise de « To France » (Mike OLDFIELD) musicalement trop hors sujet pour clore efficacement cette deuxième journée de festival.

SETLIST :

The call (intro) - Time of lords – Redemption
Bereft of sky  – Seven - Never enough
Silent sign - Sad clown - Exorcise me
To France (Mike OLFIELD)

affiche pmff jour 3

   Levé de bon heure le lendemain, après à peine 2 heures de sommeil, pour attaquer la troisième et dernière journée de ce PMFF.

LOGO SHOWTIME

   SHOWTIME ouvre les hostilités dès 14h00 avec un set de reprises parfaitement interprétées. Butcho est particulièrement incroyable dans son rôle de véritable caméléon vocal, passant avec aisance d'un registre à l'autre. 1er strip tease de la journée au moment de « girls, girls, girls », pas d'un grand intérêt à mon avis, trop premier degré … mais je me doute qu'il doit y avoir des amateurs. Un très bon show, des titres bien choisi, des musiciens doté d'une pêche communicative … une ouverture de festival plus que prometteuse pour la suite de l'évènement.

 

 SETLIST   

Bark at the Moon (OZZY OSBOURNE) – The trooper (IRON MAIDEN)
I want out (HELLOWEEN) – Balls to the wall (ACCEPT)
Princess of the night (SAXON) – Fighting the World (MANOWAR)
Intro Heaven and Hell (BLACK SABBATH)/ Stand up and shout (DIO)
Girls, girls, girls (MOTLEY CRUE) – Panama (VAN HALEN)

 

 


   Comme la veille, c'est à un groupe représentant la relève de monter sur scène en second. Ici encore c'est une découverte pour moi, et pas des moindres … Le concert de SHOEILAGER m'a vraiment collé une baffe, et, à voir les réactions du public, je n'ai pas été le seul. Les jeunes reimois sont d'une redoutable efficacité, leurs compositions font mouche, « Dio », composé en hommage au grand Ronnie James est vibrant de sincérité. Le nouveau batteur du groupe, Florian, ayant été victime d'un accident de moto avant le festival, c'est leur ancien batteur, Lars, qui est venu tenir les fûts pour ce PMFF.

SETLIST :

Espiègle - Metal - Hors la loi
Indomptable - Dio - Gladiator
Plein gaz - Dans le rang - Sombre pacte

 

logo thrashback


   C'est sous le nouvel avatar de THRASHBACK que Speedos et ses 2 « partners in crime » d'EVIL ONE, Freddy et Le Gorg  reviennent sur scène. Ce changement de nom correspond à une volonté de retour au source louable et dont la formule donnera je l'espère satisfaction tant aux musiciens du groupe qu'au public. Passer d'un quintette à un trio avec batteur/chanteur est un exercice ardu et demandant une bonne dose de cojones pour se lacher sur scène après si peu de temps. Pari gagné pour THRASHBACK qui a assuré un show décomplexé et bien dans le ton du fest. Les amateurs du genre ont eu largement de quoi s'éclater avec ce set …

SETLIST :

Intro – Bombers of death – Box of power
Possessed by Thrash – Feast for the dogs – Zombie Attack
Wardance – Human race extinction – Pounding Metal
Unleashed – Thrashback – Perverse morality

 

 

logo outburst


   Concert exceptionnel pour THE OUTBURST, reformé le temps d'assurer ce dernier PMFF. The OUTBURST était de la première édition du Fest et renaissait de ses cendres pour finir l'histoire en beauté. Etant obligé de passer backstage pendant les trois quarts du concert et n'étant plus apte à garder ma casquette de chroniqueur à ce moment,  il m'est impossible de parler valablement de ce set, mon esprit étant déjà ailleurs.

SETLIST :

Intro - Hangover - This is who we are
Valentine - My girl is the most beautiful thing in the world
Dance for me - Drunk - Mr Jack

 

logo scherzo

   Cette dernière journée de PMFF accueillait ensuite le premier concert de la nouvelle reformation de SCHERZO. Pour des raisons évidentes de déontologie, il m'est impossible de chroniquer ce show, étant alors moi même sur scène, en tant que chanteur du groupe.
 
   A titre personnel je peux juste dire que j'ai eu beaucoup de plaisir (sans déconner, il n'y a pas que du stress ;-))) à partager ce concert avec les autres membres du groupe et le public, et à avoir la chance de pouvoir finir le concert en duo avec Jérome, chanteur originel et membre fondateur de SCHERZO. Enfin, merci à tout ceux qui nous ont soutenu et ont permis à ce concert d'exister.

SETLIST

I Surrender - Dans les yeux de l'enfance - Mante religieuse
Vestiges amers - Sleepless Night - Dealer
Gardien du Desert - Cauchemar

 

LOGO HURLEMENT

   A peine sorti de scène, je fonce reprendre mon rôle de chroniqueur pour assister au concert suivant, celui d'HURLEMENT. Bien qu'ayant toujours du mal avec les compositions de ce groupe, peut être justement parce qu'il évolue dans le style de Metal qui m'est le plus familier et que je suis nécessairement plus exigeant sur les textes et musiques, les concerts de ce combo se sont considérablement améliorés.

   Améliorations vocales tout d'abord, Alexis maitrise de mieux en mieux ses exceptionnelles capacités vocales, rendant les textes plus compréhensibles et les lignes de chant plus précises. Sa performance scénique est impeccable.

   L'autre amélioration sensible du combo se situe du coté de la cohésion basse/batterie, l'ensemble est plus carré sans perdre toutefois en jeu de scène. Quant à maitre LE GORG, qui assurait après THRASHBACK son deuxième set de la soirée, son jeu de scène ajoute comme d'habitude un plus à l'impact visuel du combo.

   Le public se déchaine et donne de la voix sur les refrains du groupe, passant manifestement un très bon moment. Le set s'achève sur les reprises de « Vulcain » et « Sortilège ».

SETLIST

Dernier combat – Brocéliande – Moine guerrier
Brothers – Ordalie – Inquisition
Mercenaire – Vulcain (VULCAIN) – Sortilège (SORTILEGE)

 

LOGO SQUARE


   SQUARE, mené par son frontman Guy HOC déchainent le DIVAN DU MONDE avec son Heavy Rock puissant capable de faire headbanguer Louis XVI lui même. J'achève lors de ce set ce qui me reste de vertèbres cervicales, tous les titres font mouche, le temps s'accélére et ces 45 minutes me semblent trop courtes. Le show s'achève sur l'hymne au french Metal qu'est « Rock Star », le gang accueillant pour cette occasion Phil'em all himself en invité très spécial sur les refrains.

SETLIST :

Passe ton chemin - Condamnés - Manoir hanté
Crazy Trucker - Laissez les rêver - Le bourreau
Medley (Chasseur de primes, La bête, Les Cibles, Destination : oubli)
Rock Stars

 

LOGO HEAVENLY

   Les musiciens d'HEAVENLY nous ont offert pour ce dernier PMFF, non seulement un excellent concert, mais également un véritable marsterclass. Tout est parfaitement en place, très pro, les compositions interprétées en live révèlent pleinement la créativité du combo et prouvent que technique et feeling peuvent parfaitement cohabiter.

   J'avais entendu certaines rumeurs contestant la possibilité pour Ben SOTTO de reproduire en live les performances présentées en studios … Désolé pour ces détracteurs mais ce mec est capable de placer chaque note, jouant sur des registres rappelant selon les moments des chanteurs aussi différents que Freddy MERCURY, Bruce DICKINSON ou DIO, le tout lié avec une fluidité parfaite. Un des meilleurs chanteurs qu'il m'ait été donné d'entendre en live depuis des années, une baffe totale.

   Le dernier titre « Full Moon » est l'occasion d'accueillir une invitée spéciale en la personne … d'une strip teaseuse, pourvu que ca ne devienne pas une mode ;-)). Ceci dit la demoiselle était charmante, sa chorégraphie très pro et apportait une présence sympa sur ce final, jusqu'à un inutile déballage de nichons, seule faute de goût du show.

SETLIST :

Carpe Diem – Spill blood on fire – Lost in your eyes
Sign of the winner – A better me – Riding throught Hell
Virus – Full Moon
 

   Last, but not least, ADX vient comme il se doit clore cet ultime PMFF. Malgré un départ quelque peu chaotique avec un son en façade trop fort rendant les titres difficilement identifiable, le combo isarien ne peine pas à obtenir une immédiate adhésion du public. Le set proposé retrace avec brio la carrière du groupe prouvant que ses titres, parfois remaniés, n'ont pas pris une ride et que les titres les plus récents (Pachydermus) restent en parfaite cohésion avec la direction artistique du groupe qui, si elle a su évoluer, respecte un esprit d'ensemble permettant aux anciens, suivant le groupe depuis ses débuts, à continuer à se reconnaître dans le groupe.

   Le show, fin de festival oblige, se termine sur un division blindé repris en choeur par le public et l'ensemble des chanteurs présents appelés sur scène pour l'occasion avant une distribution de champagne cloturant ces trois jours consacrés au French Metal et à ses multiples facettes.

SETLIST :

Déesse du crime - Prisonnier de la nuit - Resistance
La peur et l'oubli - Broceliande - Les enfants de l'ombre
Pachydermus - Suprematie - Notre Dame de Paris
Caligula - Division blindée


   Cette dernière édition finie en beauté la série des Paris Metal France Festival qui aura accueilli certaines reformation réussies de groupes phares du Hard n' Heavy made in France, de jeunes espoirs du style, des groupes confirmés se faisant rares sur les scènes hexagonales.

   Une organisation bien rodée menée par une équipe de bénévoles passionnés a permis un bon enchainement des concerts dans de très bonnes conditions, tant pour les groupes que pour le public. Merci à eux, à titre personnel un grand merci à Parro pour avoir aidé mon batteur non voyant à me retrouver dimanche et à pouvoir apprécier dans de bonnes conditions les concerts de cette journée. Merci à Phil et à son équipe pour tout le boulot fourni pendant des mois pour permettre à ces trois jours d'être un succès.

Vous êtes ici : LIVE REPORTS 11, 12 & 13 Janvier 2013 - PMFF V au DIVAN DU MONDE