troyan forge

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Agrandir le texte
  • Taille par défaut
  • Rapetisser le texte

Newsflash

La boutique GOM RECORDS rouvre ses portes, virtuelles cette fois. Retrouvez ce label en ligne indispensable tenu par notre Metal Brother Holger sur http://www.gom-records-onlineshop.com/
CD et Merch' collectors à prix honnêtes \m/

 

 

Carte Blanche à : Gwenn COUDERT

 

Carte Blanche à Gwenn COUDERT

Démarche de création du livre

 « Black Metal et Art Contemporain, tout détruire en beauté ».

 

Cover   « Mais le Black Metal ne peut être violent, il ne viole personne ! ». Je reprends les termes de l’une des personnes interrogées lors de mon travail autour d’un Art encore mal compris par la plupart des « civils ». Le Black Metal, vociférant contre le culte du commerce, du corps et de la religion pratiquante, ne souhaite pas non plus que ses secrets soient éructés d’un volcan sans surveillance. Il doit rester underground pour conserver son qualificatif unique de « Black Metal ».

   A travers ce livre, j’ai souhaité en toute simplicité, réunir les fragrances qui forment l’essence du Black Metal, de son esthétique à son travail en noir et blanc, de la nécessité du cri jusqu’à la représentation du sang, de ses éternelles inversions jusqu’à son évolution encore ponctuée d’interrogations. J’ai pris la liberté de fuir en ne touchant ni à la sociologie, ni à la Politique et encore moins à la Religion, j’effleure ces sujets en plaçant le Black Metal sur la palette d’un peintre ou dans l’objectif d’un photographe. J’ai fait  manger mes questions aux boulimiques de créations noires. Allant de découvertes en travaux de paléontologie, je fais ressortir des œuvres picturales issues d’artistes vouant un culte réel à cette culture. De Bjarne MEELGAARD à l’inconnu trouvé sur la toile, de Peter BESTE à certains photographes toujours présents sur la scène parisienne.

   Pourquoi écrire sur le Black Metal ? Pour prouver quoi ? Pour se dire qu’on est capable d’aller jusqu’au bout d’un projet ? Pour prouver son statut d’Extrême Music for Extrême Woman ? C’est encore plus simple que cela je m’explique.

   Parfois certains morceaux de Black Metal me procurent tant de sensations que ça en devient quelque chose que je dois ressortir d’une manière ou d’une autre. Comme un phénomène qui ne peut rester entier dans mon organisme. D’où ce besoin de retranscrire par des photos, de la peinture et parfois quelques écrits dont quelques-uns se sont amusés à former un bouquin. C’est tout. Une passion, en somme. Infinie car j’en apprends tous les jours, je chronique, j’écoute, je reste bloquée sur des coups de cœur… et j’en passe.

   J’ai débuté ce travail il y a bien longtemps, en réalité. Nourrissant mes passions pour la peinture, l’écriture, la photo et le Black Metal, je n’ai pas eu l’idée d’écrire un livre de suite. Ayant fait la connaissance avec le bouquin de MOYNIHAN sur le Black Metal (le fameux Seigneurs du Chaos), je pensais qu’il avait tout révélé en la matière. Ca n’est que plus tard, découvrant par la photo qu’il n’y a pas que violence et oppositions dans le Black que je me suis intéressée à l’autre facette de cette musique, bien plus subjective, sensitive et intériorisée. Le Black est une énergie, celle qui inspire les artistes depuis la nuit des temps, celle qui permet l’expression sans la limite de mots codifiés. Le langage de l’art est sans barrières.

   J’ai donc écrit naturellement, spontanément, sans attendre des « autres » une validation. Je n’ai pas cherché à plaire, ni à répondre à une demande. Ressembler, copier, ne sont pas des outils non plus qui m’ont donné la possibilité de terminer ce projet. En revanche rencontrer, échanger, questionner, demander, chercher, écouter, ont été des démarches primordiales. Simplement, par le système d’analogies, j’ai mis en relation différents courants artistiques surtout contemporains, et celui du Black Metal.

   J’aurais pu répondre ensuite en disant tout simplement que cette musique est un courant artistique à part entière, mais j’ai préféré garder cette porte ouverte vers une réponse idéale, éphémère. On ne peut définir de manière radicale et juste cette musique, on a le droit par contre de l’approcher et de se laisser saisir.

   Ce livre a été écrit comme ça.

 Gwenn COUDERT

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                      

 

 

Vous êtes ici : CARTES BLANCHES Carte Blanche à : Gwenn COUDERT