troyan forge

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Agrandir le texte
  • Taille par défaut
  • Rapetisser le texte

Newsflash

La boutique GOM RECORDS rouvre ses portes, virtuelles cette fois. Retrouvez ce label en ligne indispensable tenu par notre Metal Brother Holger sur http://www.gom-records-onlineshop.com/
CD et Merch' collectors à prix honnêtes \m/

 

 

Patrick BONNIFET

Patrick BONNIFET

 

 

METAL WARRIOR'S CONFESSIONS

Quand et pourquoi as tu commencé à  jouer de la guitare ?

   J’ai commencé à jouer de la guitare vers l’âge de treize ans, grâce à ma sœur qui m’avait acheté ma première guitare. En fait c’était un jouet en plastique avec un petit ampli à piles. L’année suivante je m’achetais ma première vraie guitare ainsi qu’un ampli 10watts !!!

As tu appris seul ou avec un professeur ?

   J’ai dû prendre trois mois de cours ou peut-être moins, avec un prof dont j’avais peur. Cela ne m’a rien apporté. Je me souviens simplement de sa superbe LESPAUL et de son ampli 3 corps HIWATT qui était plus grand que moi….impressionnant !!!!

Quels guitaristes t'ont le plus impressionné ?

   Cela dépend : si on parle sur disque ou en concert.

   Sur disque j’écoutais pratiquement que du DEEP PURPLE ou du STATUS QUO, et cela très jeune, puisque mon frère et ma sœur écoutaient déjà ce style de groupes. En fait à cette époque, les groupes de hard passaient en radio (au moins les plus connus) et étaient classés dans les hits parades. Cela faisait partie du paysage musical qui était à la disposition des jeunes. Donc je n’ai connu pendant des années que RITCHIE BLACKMORE, qui est encore un de mes musiciens préférés. Il est très complet, peut jouer dans différents styles, avec son touché si particulier. Bien sur, du temps de DEEP PURPLE, il était un peu particulier, mais là je veux juste parler du guitariste qu’il était. Aujourd’hui, avec sa femme, il a pris un virage à 180°, et ce qu’il fait est une fois de plus, original, et c’est très bien fait.

   Maintenant sur scène, (je n’ai jamais vu BLACKMORE), il y en a tellement qui m’ont impressionnés : SCHENKER  bien sur que j’admire beaucoup, même si lui aussi,  a de temps en temps des attitudes bizarres sur scène, GARY MOORE pour sa justesse et son feeling, Jack E LEE pour son look, et tant d’autres que j’ai oublié.

   Mais ceux que j’admire également sont ces inconnus sur internet qui jouent comme des dieux. Ils sont de plus en plus jeunes, mais quelle technique, c’est impressionnant. Par contre je pense qu’ils resteront inconnus pour la plupart, car ils ont peu de créativité. Ils savent copier, et même, très bien, des morceaux connus et difficiles, par contre, et bizarrement, ils ne savent pas composer. L’autre chose, c’est qu’ils ne font passer aucune émotion, comme le font les « grands ». Tout le monde ne peut pas s’appeler RANDY RHOADS.

   L’autre chose que je remarque en ce moment, c’est une course à la vitesse d’exécution des morceaux. On dirait que plus tu joues vite, meilleur tu es. Et ça c’est bien dommage. Je suis content que des groupes comme HAMMERFALL, EDGUY, et certains autres, reviennent à un hard plus conventionnel, comme j’aime : mélodique, avec de beaux textes, et scéniquement travaillé.

Quel est le premier guitariste que tu ais vu en live ?

   C’était STATUS QUO en 1977 avec ses deux guitaristes. En 1981, je ne suis plus trop certain de la date, j’ai vu à NICE, AC/DC quelques jours avant la disparition de BON SCOTT, et ANGUS devant moi pendant 2 heures, ça vous marque.

Lorsque tu composes, sur quel instrument travailles-tu ?

   Ca dépend : En général, c’est ma guitare électrique, ça peut être mon synthé, ou je peux partir d’une mélodie de chant que j’ai trouvée.

De quelle façon ?

   Il faut que je sois seul et tranquille dans mon studio, et là si je sens que j’ai de l’inspiration, je mets une petite lumière rouge afin que l’on ne me dérange pas. Mes proches sont au courant et respectent cela.

   Une fois que j’ai l’idée générale, je fais mon « brouillon » avec un logiciel de batterie , j’ajoute grossièrement la guitare que j’enregistre avec le logiciel CUBASE. Une fois que tout le morceau est à peu près créé, je retravaille entièrement la piste batterie que je « décortique » note par note. Je re-traite tout le son de chaque élément de batterie que je rentre ensuite dans mon enregistreur 24 pistes numérique. En dehors de la batterie, je ne travaille pas avec l’informatique. Une fois que la batterie est entièrement enregistrée, là, commence ce que je préfère, ce qui est le plus intéressant à faire : Les prises de guitares, basses, synthé, choeurs et solo. J’ai oublié de parler de ce qui me prend énormément de temps, c’est la création de la ligne mélodique du chant. C’est la partie la plus difficile pour moi, je ne suis vraiment pas fort dans cet exercice.

Pour toi, quelles sont les principales qualités d'un bon guitariste ?

   Qu’il donne de l’émotion tout simplement. Un guitariste de flamenco, de classique ou de métal doit avoir cette qualité. Après le reste, c’est de la technique. Il faut également un minimum de créativité.

Quel matériel utilises-tu en concert ?

   Je ne fais pas de concert suite à la déception de la non vente de mon dernier album. Malgré les critiques, dans l’ensemble, positives, je n’ai pas vendu beaucoup d’albums. Je n’ai pas fait ce disque 25 ans après le dernier STEEL ANGEL, pour faire de l’argent, mais j’espérais un minimum, afin d’investir dans du matériel. Tant pis. Ma maison de disques m’a dit qu’un groupe qui ne tourne pas, ne vend pas. Elle avait raison. Moi, je voulais faire l’inverse : vendre un peu d’abord, puis tourner. C’est comme ça. Donc si j’avais tourné, j’aurais gardé ma JACKSON RR24 bien sur et je suis toujours MARSHALL, donc deux JCM800 trois corps, c’est parfait.

En studio ?

   1 jackson RR24, 2 basses, 1 synthé + expandeur, studio roland vs2400+ ordinateur avec divers logiciels, compresseur égaliseur, + divers micros.

Combien de guitares possèdes-tu ?

   Une seule, je viens de revendre une strato.

Quelle est ta favorite ?

   Ma jackson

Comment imagines-tu la guitare idéale ?

   Manche ultra plat, fin, un vibrato qui ne se dérègle pas, un manche rapide et agréable, la guitare bien équilibrée, en position assis ou debout, pas trop lourde, un micro puissant double bobinage, et un autre simple pour les arpèges, et un super look original, et ça serait pas mal…
Ah ! oui ! j’ai oublié…. Et gratuite !!!

De quel solo ou riff est tu le plus fier ?

   Oh ! fier, ce n’est peut-être pas le mot exact. J’aime  celui de « behind the wall » car la rythmique pousse bien derrière et met en valeur le solo, et « the last in line » qui reste mon morceau préféré. C’était le dernier morceau de l’album, dernier  solo que je jouais, je me suis laché, je crois que c’est le seul que j’ai fait en une seule prise.

Quel est ton meilleur souvenir de musicien ?

   Lorsque je suis allé cherché mon album que j’avais réalisé pratiquement seul . Il existait et ce n’était pas évident qu’il voit le jour, j’étais vraiment content de ça. Egalement le jour ou on a vu notre premier album de STEEL ANGEL dans les bacs à BORDEAUX dans les années 80, en plein milieu du mouvement fhm .

Le pire ?

   Les mois de galère à essayer de comprendre comment on procède pour réaliser un album. Sans pratiquement aucun conseil, se débrouiller tout seul face aux multiples problèmes, en ne sachant pas si le projet verrait le jour.

Joues tu d'autres instruments ?

   Guitare, basse, synthé, un peu de chant, un tout petit peu de batterie, juste pour comprendre le tempo.

de quels autres aimerais tu savoir jouer ?

   Sans hésiter, les cordes vocales … Oui, le chant, bien sur, le plus beau des instruments.

Si tu devais avoir un blason, quelle devise y ferais tu mettre ?

Tout ou rien….
… c’est ma devise.


 

Vous êtes ici : LES GUITARISTES Patrick BONNIFET