troyan forge

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Agrandir le texte
  • Taille par défaut
  • Rapetisser le texte

Newsflash

La boutique GOM RECORDS rouvre ses portes, virtuelles cette fois. Retrouvez ce label en ligne indispensable tenu par notre Metal Brother Holger sur http://www.gom-records-onlineshop.com/
CD et Merch' collectors à prix honnêtes \m/

 

 

Lynda SIEWICZ

Lynda SIEWICZ

 

BIOGRAPHIE

Lynda HEMORAGY Lynda SIEWICZ commence son apprentissage musical par la guitare et le chant. C’est d’ailleurs en tant que chanteuse qu’elle fait ses premières armes en groupe en 2001 au sein d’un groupe de Visual Kei puis dans un groupe de Black Metal en début 2002.

En 2002 elle prend l’habitude de rejoindre Johannes (guitare et chant) et Steve MUSSLIN (Batterie) pour de longues heures de jam où elle les accompagne à la guitare rythmique et au chant. Au-delà des bœufs improvisés, les deux frères avaient déjà en tête une idée précise, former leur propre groupe et faire tourner leurs compositions.

C’est au cours d’un de ces bœufs que Lynda prend la basse pour compenser l’absence du bassiste, la formule improvisée tourne tout de suite, devenir bassiste devient pour Lynda une évidence. Cette formule, basée sur un trio solide leur s'avère viable, le groupe ainsi formé décide alors de se nommer HEMORAGY .

Dès 2003, le jeune groupe, qui défini sa musique comme du Thrash « Old school », sort une première démo 4 titres.

2004 : « First Blood », MCD 7 titres permet à HEMORAGY de gagner en crédibilité sur les scènes locales.

L’album « Jesus King of Wine » de 2007 marque une nette amélioration du combo ainsi que l’affirmation d’une direction artistique précise et fidèle aux racines musicales d’HEMORAGY.

2008 : Avec la complicité de Damien POLLET (Guitare Lead), ses 2 complices d’HEMORAGY Johannes MUSSLIN (Guitare) et Steve MUSSLIN (Batterie), et Damien GAUDOIS (Basse), elle participe en tant que chanteuse à la création du groupe de reprise BOTTLEFIELD.

Au cours du dernier trimestre de l’année 2009, Lynda rejoint WOMEN IN IRON FORM, tribute band féminin de IRON MAIDEN . Le groupe est encore en recherche d'une chanteuse lorsqu'on lui propose de jouer au CARGO à caen dans le cadre du ROCK N' ROLL SHOW II, en compagnie de RIFF/RAFF (tribute to AC/DC) et DESILLUSION. Afin d'assurer la date, Lynda assure alors le rôle de bassiste/chanteuse, le résultat s'avérant probant, il est décidé qu'elle conservera cette double casquette.

2010 : « Headbang till death », nouvel album d’HEMORAGY, voit le jour. Ce CD fait preuve d’une plus grande maturité musicale tout en conservant la « Hemoragy’s touch » et laisse espérer le meilleur pour la suite. Sur scène, le trio est complété par Guillaume VAILLANT à la 2nde guitare.

Janvier 2011 : Lynda met fin à sa participation à BOTTLEFIELD, préférant consacrer plus de temps à HEMORAGY. Le samedi 18 juin elle joue avec HEMORAGY au HELLFEST.

Janvier 2012 : Lynda met fin à son association avec WOMEN IN IRON FORM

Mai 2013 : HEMORAGY sort son 4ème album, "The thirst world war".

2015 : Lynda intègre en tout début d'année le groupe de Metal féminin FURIES dont elle remplace la bassiste, partie au Canada. Durant l'été 2015, le quintette se transforme en quatuor, Lynda devenant chanteuse du combo, tout en continuant d'assurer la 4 cordes. HEMORAGY cesse la même années ses activités musicales.

Août 2016, FURIES devient mixte en accueillant deux hommes aux guitares.

Le 7 janvier 2016, FURIES joue au PLAN de Ris Orangis dans le cadre du PMFF VI.

 

METAL WARRIOR'S CONFESSIONS

Quand et pourquoi as-tu commencé à jouer de la basse ?

J’ai commencé à traîner en répètes arrosées et soirées alcoolisées avec les frères MUSSLIN à partir de 2002 où on boeufait de longues heures. A ce moment-là je faisais de la guitare et puis je chantais de temps à autre. Mais ils avaient dans la tête de vraiment former leur propre groupe (HEMORAGY) et déjà les premières compos tournaient.

Un jour le bassiste n’est pas venu, j’ai tout simplement pris la basse et puis ça l’a fait ! Et en plus, cela permettait de former un trio solide qui tournait tout de suite et puis ça me demandait moins de boulot que le poste de guitariste, ce qui m’a permis de commencer à m’occuper de la promo pour HEMORAGY…

As tu appris seule ou avec un professeur ?

J’ai appris seule, en autodidacte. Vu que j’avais commencé par la gratte, je suis restée à jouer au médiator à la basse. Il fallait juste plus bourriner !!
Je me sers quasiment que de mon oreille pour trouver les bonnes tonalités !

Et puis, j’apprenais et j’apprends toujours en répètes et avec les musiciens que je côtoie les notes, les gammes, etc… !

Quels bassistes t’ont le plus impressionné ?

A l’écoute des albums « Alice in Hell »  et « Never Neverland » d’ANNIHILATOR, je me suis dit juste “ouaa!” ça va vite ! Et j’essayais de faire pareil !

Puis, pour les atmosphères et les cavalcades, j’aime bien Steve HARRIS d’IRON MAIDEN. Et de plus, dans les enregistrements, on entend bien sa basse !!

Je n’ai jamais aimé les Bass Heroes, qui se prennent pour des guitaristes !

Mais le Master incontesté « of insanity » pour moi, avec son son rond et son feeling,  c’est vraiment Geezer BUTLER ! Amen !

Quel est le premier bassiste que tu ais vu en live ?

Houla ! je ne me rappelle plus ! Je pense que ça a du être un bassiste d’un groupe de Black Metal mais ça ne m’a pas du tout transcendée !

Lorsque tu composes, sur quel instrument travailles tu ? De quelle façon ?

Lorsque je compose mes parties basses, je me base fortement sur la batterie pour avoir la bonne rythmique et les pêches où il faut, puis sur les guitares pour rajouter des notes et des atmosphères complémentaires, et parfois placer des plans groovy !

Pour toi, quelles sont les principales qualités d’un bon bassiste ?

Déjà être carré c’est indispensable ! Même s’il n’y a pas beaucoup de technique, une des qualités que j’aime bien chez un bassiste, c’est d’avoir le rythme dans la peau ! Et puis bien fusionner avec la batterie !

Comme je le disais précédemment, je n’aime pas trop les Bass Heroes qui se prennent pour des guitaristes ! Pour moi, les bassistes doivent rester à leur place ; être vraiment indispensable tout en se fondant dans la masse ! C'est-à-dire qu’ils doivent apporter la puissance discrètement, et que quand ils ne jouent plus, on se rend compte qu’il manque quelque chose !!

Et puis, je ne suis pas si catégorique, j’aime aussi les plans groovy, voir funky par-ci, par-là !!

Quel matériel utilises-tu en concert ? En studio ?

Généralement, j’utilise le même matos en studio et en concert.

Pour la basse, il s’agit d’une basse faite par le luthier Régis SALA. En effet, quand tu te promènes dans les magasins de grattes et de basses, il y a vraiment beaucoup de choix de couleurs et de formes pour les guitaristes, ça brille de milles feux !! Alors que pour les bassistes, il s’agit toujours d’un petit rayon au fond du magasin et mal éclairé, avec des formes basiques !!! J’ai donc confié à Régis la création d’une basse « Thrash » en flying-V bouts pointus et rouge et noire ! Manche conducteur, acajou, touches ébène et bon gros micros pour obtenir un son puissant ! (RS)

Au niveau du matos, je ne suis pas difficile du moment que j’arrive à trouver le son qui me convient. Je joue sur une tête Warwick 500Watts, avec 1 baffle 4*10’’ et un autre baffle 1*15’’.


Combien de basses possèdes-tu ? Quelle est ta favorite ?

Aaahh ma basse de cœur c’est la RS flying-V ! Et je pense que je m’en ferai faire d’autres dans le style !

Auparavant, j’avais récupéré une vieille ARIA PRO II en 5 cordes mais que j’avais accordé une fois en Mi-La-Ré-Sol-Si pour ne pas me prendre la tête ! L’avantage c’est qu’elle avait un son du tonnerre mais je n’ai pas pu réparer le circuit d’origine qui était un double circuit vernis … Sinon, je joue aussi sur une petite IBANEZ très agréable avec un manche plutôt fin.

Comment imagines-tu la basse idéale ?

Mais je l’ai déjà ou presque !!! La RS me convient bien ! Par contre, moi j’aime bien tout ce qui est gadget alors j’aurais rajouté des led incrustées dans le manche et la tête, pourquoi pas créer aussi des sortes de coques de couleur différentes, on pourrait changer la couleur de la basse selon ses envies et ses humeurs ! Et puis aussi, pourquoi ne pas avoir une base tête-manche-micro, et sur les côtés on pourrait assembler des éléments pour pouvoir changer la forme de l’instrument !!!

J’aimerais essayer une basse transparente ou bien aquarium !!! Ha ha

Bon il ne faut pas oublier à l’esprit que ce qui compte, c’est le son produit par la basse !!

De quelle ligne ou solo es-tu le plus fière ?

Hum, j’aime bien jouer le solo sur « Don’t Sleep » (Jesus King Of Wine), ça change des traditionnelles lignes.

Mais par dessus tout, j’aime les lignes de bases et puissantes, quand parfois je fais un mini-slide en changeant de note comme dans « Dangerous Hitch-Hiking » (HeadBang Till Death) ou « Bourré et Heureux » (HeadBang Till Death).

Et puis j’aime les petits breaks basse-batterie comme dans « The Final Horseriding » (Jesus King Of Wine) ou encore « metallic Biker » (HeadBang Till Death) ; et les rajouts de petites notes entre des lignes comme dans « Sold-Out » (HeadBang Till Death).

Quel est ton meilleur souvenir de musicienne ? Le pire ?

Les bons souvenirs viennent toujours lorsque je suis sur scène devant un public en délire ! Et puis descendre de scène, épuisée mais vraiment détendue et bien.

Il y a toujours des anecdotes à raconter, énervante sur le coup mais marrante en fin de compte. Comme par exemple, lorsque je traîne back stage et qu’un videur vient me voir pour me demander ce que je fais là et pour me dire que c’est interdit aux groupies pour le moment !! : « Mais je SUIS MUSICIENNE ! Bordel ! » Ha ha

Joues-tu d’autres instruments ? De quels autres aimerais-tu savoir jouer ?

Comme je l’ai dit précédemment, j’ai commencé par la guitare électrique, donc je sais en jouer rythmiquement, mais je ne fais pas de solo ! Donc j’aimerais bien apprendre et peaufiner à jouer de la guitare à la Ted NUGENT ou bien à la Jeff WATERS voir Chuck SCHULDINER.

Depuis l’âge de 7 ans, j’ai toujours été attirée par le piano, mais les circonstances ont fait que je n’ai jamais pu apprendre ! Et j’ai du mal avec le solfège !

Si tu devais avoir un blason, quelle devise y ferais tu mettre ?

Working Hard, Playing hard !!!

DISCOGRAPHIE

2003

HEMORAGY

Démo 4 titres

HEMORAGY

2004

HEMORAGY

CD "First Blood"

HEMORAGY

2007

HEMORAGY

CD "Jesus king of wine"

HEMORAGY

2010

HEMORAGY

CD "Headbang till death"

HEMORAGY the thirst world war cover

2013

HEMORAGY

CD "The thirst world war"

Vous êtes ici : LES BASSISTES Lynda SIEWICZ